Couture Episode #4

Nouvelle saison, nouveau projet de couture !

Quelle joie de retrouver mes pénates et de reprendre la couture. Cela faisait plusieurs mois que je planifiais la confection d’un nouveau vêtement avec ma grand-mère. J’attendais seulement de retrouver un peu de calme et surtout de temps pour repartir à l’attaque de la machine. Que voulez vous ? C’est l’appel du fil !

Ce nouveau projet ne sort pas de nulle part contrairement aux précédents. Il a été mûrement réfléchi et prévu. En effet, j’ai décidé de me lancer à nouveau dans la confection d’une robe car l’une de mes amies d’enfance se marrie. N’est-il pas fou ? Après la préoccupation du cadeau à offrir est venue celle de la robe à porter pour le jour J. Me connaissant, mon entourage savait bien que j’en ferais une priorité de mon mois de Mai. Aux détriments de trouver la robe idéale dans les magasins tels que Maje ou Tara Jarmon – trop cher, trop classique et pas assez coloré -, j’ai décidé de me la fabriquer. Entre nous n’y-a-t-il rien de plus plaisant que de porter une création originale (la mienne youpi) ? Alors mon addiction pour la couture est revenue au galop !

J’ai épluché les catalogues à la recherche du patron de couture parfait et je l’ai trouvé chez Vogue, une fameuse marque de patron dont mes deux grand-mères m’avaient fait l’éloge. Voulant contribuer à mon échelle à l’économie de la couture sur Lyon, je suis allée dans une boutique de patrons et nécessaire de couture Rue de Brest dans le deuxième arrondissement. Coup de chance, le patron que je voulais y était à moitié prix. Je voulais une robe mi-longue avec un décolleté plongeant et la taille marquée et c’est ce que j’ai trouvé. Pour le tissu je voulais quelque chose de doux, agréable sur la peau et surtout de la couleur. Vous verrez toutes les photos sont en sépia car je voulais garder le maximum de mystère autour de la couleur et du motif du tissu.

J’ai donc rejoint ma grand-mère sur deux jours pour commencer la robe. La première étape fut de découper le patron à mes mesures. J’ai dû l’adapter largement du fait de mon long buste, de mes larges épaules mais de ma petite poitrine. Vous aussi vous avez quelques soucis de proportion ? Puis j’ai découpé le tissu en suivant le patron de couture et surtout en essayant de le déchiffrer. Tous les patrons n’ont pas les mêmes symbôles pour représenter les fronces, les pinces, les milieux. Quoi de mieux pour me compliquer la tâche franchement ! Le plus difficile fut de suivre les indications et de comprendre un vocabulaire ultra précis qui ne m’était pas familier.

Découpe patron corsage

J’ai ensuite surfilé toutes les pièces de tissu pour être sûre que mon coton ne s’effiloche pas. C’est long et fastidieux mais c’est une étape essentielle que les tutos oublient souvent !  Regardez la machine sooo 70s de ma grand-mère ! N’est-elle pas mimi ?

surpiquage

Ensuite j’ai réalisé toutes les pinces (6 au total) et assemblé le corsage. Ma grand mère m’a aidée pour la doublure que j’ai récupéré sur une vieille robe. Voilà à quoi ressemble le haut de la robe :

Corsage

Après avoir monté le corsage il fallait passer à la jupe, j’ai assemblé les côtés et froncé le tour de la taille qui va être attaché au corsage par le biais de la ceinture.

Fronces jupon

Après ces deux jours intensifs, je dois désormais assembler le haut et le bas et disposer la fermeture à glissière invisible ! Je sais déjà qu’elle va me donner du fil à retordre ahah – oui je me sens drôle ! Les finitions vont aussi prendre un peu de temps mais c’est ce que je préfère 😉

J’espère vraiment que cet article vous aura plus ! Si vous êtes curieuses, je vous laisse patienter jusque’à la semaine prochaine !!

Mille baisers lyonnais,

 

Signature-grandes-assumees

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

avril

février

décembre

novembre

octobre

juillet

mai

février

décembre

octobre

septembre

avril