En 2019 je ne serai pas végétarienne

Avant de rentrer dans le vif du sujet: BONNE et HEUREUSE ANNÉE 2019 ! 

Je vous souhaite une belle réalisation de vos projets et de vous-mêmes.

Pour moi 2018 a été une année riche en émotions et en stress. Et pourtant je reste très positive et je suis reconnaissante pour ce qu’elle m’a apporté. Parmi cela, notre nouvel appartement dont nous sommes propriétaires, un vrai projet de couple avec ses moments de doute et ses moments de joie. En ce début d’année je ne me sens jamais aussi bien que dans mon petit cocon de verdure.

Oh oui je veux être végétarienne: c’est mon engagement ! 

Ces deux dernières années (ou peut-être trois), je m’alimente consciencieusement notamment en privilégiant le bio, ou les certification Demeter et en choisissant plus de produits locaux. Avec cela j’ai pris conscience de la nécessité d’agir sur l’environnement en favorisant un mode de vie plus sain et plus à l’écoute des saisons.

Cela va de pair avec le constat fait depuis de nombreuses années: « l’élevage intensif nuit gravement à l’environnement et favorise le réchauffement climatique ». Alors, je me suis dit que j’avais à mon échelle un moyen d’agir: en essayant de devenir végétarienne. Je me suis renseignée sur les protéines pour éviter d’être carencée et je me suis crée un petit cocon dans lequel mes repas étaient presque exclusivement végétariens (à raison d’un repas à base de viande toutes les deux semaines environ). Je me concentrais donc sur les protéines végétales contenues dans le tofu ou le seitan et celles des lentilles et autres légumes secs.

Oupsi: quand ton organisme te dit non non non !

Malheureusement, j’ai compris que ces aliments n’étaient pas réellement faits pour moi. En effet, le tofu contient des oestrogènes en grande quantité. Ayant, moi-même un traitement hormonal à base d’oestrogènes ce n’était vraiment pas adapté (j’en parlerais peut-être plus précisément dans un prochain article). J’ai donc dû drastiquement limiter ma consommation de soja me laissant donc le seitan, les oeufs et les légumes secs. Or, le seitan est difficilement digérable du fait de la grande quantité de gluten qu’il contient. Certes, il est très rassasiant et bon (j’adore ça) mais j’ai noté que ma digestion était bien plus difficile lorsque j’en mangeais. Il en est tristement de même avec les légumes secs qui me font gonfler – merci pour ces détails.

Les options protéinées se sont donc rapidement resserrées, me laissant avec les oeufs, que je continue d’ingérer très très très régulièrement.

Avec ce constat, je me suis demandé quelles étaient mes alternatives. Et j’ai continué comme avant en enlevant soja, seitan et lentilles. Seulement, la fatigue est arrivée – évidemment lorsqu’on ne mange pas assez de protéines c’est ce qui arrive !

Ces moments de fatigue intenses m’ont conduite à demander conseil autour de moi et à des professionnels. La naturopathe, prônant pourtant un mode de vie plus sain et en accord avec l’environnement, m’a clairement indiqué de ne plus essayer d’être végétarienne et de manger nettement plus de protéines animales notamment du poulet, des sardines. Déçue oui. Résignée non.

Il a fallut que je revois complètement la façon dont je m’alimentais et avec elle les proportions de protéines, lipides, sucres que j’apportais à mon corps.

Contrairement à l’adage des repas de Noël bien lourds : La salade de fruit n’est pas ton amie !

Ce nouveau « régime » est allé de pair avec un gros changement. Vous savez les fruits … vous savez ceux qu’ils faut manger 5 fois par jour. Et bien on ne les mange pas au bon moment. On pense naïvement qu’une petite salade de fruits ou un ananas bien frais font digérer mais on est très loin du compte. Le fruit, contenant un grand nombre de sucres – tout comme les yaourts d’ailleurs – va favoriser la fermentation de notre bol alimentaire, rendant la digestion très difficile et surchargeant le foie de toxines. L’idéal pour manger un fruit cru c’est de le faire à jeun. Maintenant, si je veux une touche sucrée en fin de repas, je mange une compote (évidemment sans sucres ajoutés ou un carreau de chocolat). La pomme crue attendra 17h tout comme la banane ou la clémentine.

Mon petit ventre se porte beaucoup mieux depuis que j’ai intégré ces habitudes dans ma routine alimentaire.

Voilà voilà, j’espère que cet article sur mes habitudes alimentaires vous aura plu. N’hésitez pas à me dire quelles sont les votre en commentaire :)

Mille baisers et à très bientôt (ça faisait beaucoup trop de temps que je n’avais rien partagé ici)

Signature-grandes-assumees
Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/f/1/6/grandes-assumees.com/httpd.www/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399

4 commentaires

  1. C’est marrant concernant les fruits, car j’ai lu hier un article de naturopathe qui disait qu’il fallait éviter de manger du sucre le matin et plutôt manger gras (et donc le conseil de manger des fruits à jeûn contredit cette idée :/), je ne sais pas qui a raison ou si vous avez toutes les deux raisons dans une certaine mesure, moi je suis neophyte en alimentation ^^
    Les légumineuses c’est bon mais oui ça donne des ballonnements, je dois aussi faire attention à mes preparations, à la quantité, etc. sans avoir de problème particulier. Heureusement je n’ai pas d’intolérance au gluten (j’adore le seitan aussi !), et je mange des oeufs (note qu’on en retrouve dans plein de preparations aussi :))
    Bon courage dans ta demarche, j’espère que tu trouveras ta solution. Cependant, note qu’il y a des protéines dans tous les aliments sauf le sucre, le sel et l’huile, je pense que quelqu’un qui mange un régime carné actuel en consomme plus que nécessaire.

    14 janvier 2019
    Répondre
    • jadelpf a dit:

      Coucou ! Merci beaucoup pour ton commentaire et d’avoir pris le temps de répondre à mon article. Concernant les fruits, je n’en mange pas du tout le matin c’est hyper acidifiant 😉 Par contre je mange des oléagineux et oeuf (quand j’ai le temps) ou du fromage de chèvre ou brebis. Je mange des fruits crus uniquement à l’occasion du goûter de 17h, 17h30 si j’ai déjeuné un peu tard, ou pas du tout si je n’en ressens pas le besoin.
      Concernant le régime carné je suis tout à fait d’accord avec toi. Tout est en surabondance. C’est justement ce que j’essaye de doser. Ça passe aussi par acheter local et en sachant bien d’où vient le produit 😉
      Mille baisers,
      Jade

      16 janvier 2019
      Répondre
  2. Jival a dit:

    Le truc c’est qu’on n’a pas tous les mêmes besoins, on ne peut pas dire à tout le monde « il vous faut ça il vous faut ci il vous faut l’autre ». Certaines personnes ont besoin de plus de protéines, ou de glucides, de gras, de vitamines, de calcium … que d’autres. On ne peut pas mettre tous les gens dans le même panier concernant la nutrition. C’est propre à chacun. il y a des gens qui vont tomber malades si ils mangent trop de végétaux, et d’autres également si ils mangent trop de produits d’origine animale. Il faut trouver son bon équilibre petsonnel en essayant diverses diètes. Lorsqu’on mange à sa faim sans frustration, qu’on a une bonne forme physique et qu’on se sent bien, alors on l’a trouvé.

    16 janvier 2019
    Répondre
    • jadelpf a dit:

      Je suis absolument d’accord. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai partagé mon expérience. J’ai vu une réelle évolution de ma forme physique ces dernières semaines malgré un rythme professionnel très soutenu. Donc je continue dans cette voie.
      Merci pour ton commentaire.
      Jade

      27 janvier 2019
      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

décembre

novembre

août

février

décembre

novembre

septembre

juillet

avril

février

décembre

novembre

octobre

juillet

mai

février

décembre

octobre

septembre

avril