Vacances: Bilan de mon mois sans plastique

Septembre arrive et avec ce mois important, la rentrée. Oui, mais moi j’ai encore envie de rester en vacances. Alors, je me suis dit que je partagerais bien mes photos de vacances avec vous. Les choses que j’ai aimé, ou moins.

Dans ce premier épisode, j’ai envie de vous parler d’environnement. Comme d’hab… oui mais non, pas vraiment. Je vais revenir sur le mois de Juillet durant lequel j’ai essayé de ne pas consommer de plastique.

Et oui, le plastique, c’est fantastique, sauf que non… Contenu dans nos vêtements, nos maisons, nos produits de beauté, nos voitures, nos aliments et même dans l’eau que nous buvons, le plastique a envahi nos vies et nous a rendu dépendants.

  • Petite historique:

L’utilisation du plastique ne date pas d’hier. D’abord développé à partir de déchets organiques (dérivés de végétaux ou d’animaux), c’est au XXème siècle, avec les années 50 et la société de consommation, que le plastique devient synthétique. Fabriqué à partir du pétrole/de la pétrochimie, il répond à une demande croissante de la part de consommateurs toujours plus nombreux. Puis, la demande atteint ensuite des sphères plus haut de gamme pour la fabrication de matériaux résistants au chocs, pour optimiser la productivité dans certaines entreprises. Peu cher, il séduit toute les strates de la société, d’où le fait qu’on en trouve aujourd’hui absolument PARTOUT.

IMG_6697

  • Ma vision des choses:

Je me sens un peu, beaucoup…prisonnière du plastique. Et c’est une situation vraiment embarrassante pour moi qui défend corps et âme l’environnement. Même en consommant local et bio, on se heurte aux limites du « sans plastique ». Dès qu’il s’agit de consommer un repas sur le pouce, entre midi et deux, parce qu’on a pas eu le temps de se faire une gamelle, difficile de trouver des repas équilibrés sans plastique. C’est la galère aussi lorsqu’on cherche des alternatives à la viande telles que le seitan ou le soja qui sont tout le temps sous plastique. Ou lorsque sa gourde est vide et qu’il n’y a aucune fontaine à disposition et que la seule possibilité c’est de s’asseoir à la terrasse d’un café ou acheter une bouteille d’eau.

  • Mon mois sans plastique:

Plastic Free July

C’est Zanna Van Djik, créatrice de contenu végane et engagée pour la protection de la planète, qui m’a influencée pour le défi #plasticfreejuly. Evidemment il faudrait le faire à l’année, mais ne serais-ce qu’essayer aide vraiment à se rendre compte de l’enjeu et à quel point nous sommes dépendants.

J’ai débuté le mois sans a priori en me disant qu’il suffisait juste de ne pas acheter de plastique. Mais dès le premier apéro en terrasse paf les pailles. Zut, j’avais complètement oublié ce détail… qu’il fallait demander avant. Cela m’a servi pour les fois suivantes.

Ce qui a aussi été difficile, c’était de faire comprendre à mon entourage pourquoi je faisais ça et l’importance que ça avait pour moi et pour la planète. J’ai d’ailleurs réalisé que ce mouvement suscitait beaucoup de curiosité ce qui m’a poussé à continuer même en vacances chez mon grand-père.

Je n’ai pas acheté de plastique de tout le mois mais j’en ai utilisé, ne serais-ce qu’en m’habillant avec des vêtements en polyester ou en buvant dans ma gourde (je n’ai pas encore trouvé la gourde parfaite en intox ou en verre made in Europe, si vous connaissez une marque je la veux bien).

J’ai vraiment adoré cette expérience, pas si compliquée finalement, car elle m’a ouvert les yeux sur ma consommation de plastique. Alors je suis maintenant plus vigilante et j’espère le rester pour peut-être devenir la Queen du zéro déchet !

IMG_6504

J’espère que ce premier article de rentrée vous aura plu. Pour le prochain, vous préfèreriez un article mode ou lifestyle?

A bientôt,

Mille baisers,

Signature-grandes-assumees
Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/f/1/6/grandes-assumees.com/httpd.www/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399

2 commentaires

  1. Gwenou a dit:

    Il faudrait que je teste, mais en travaillant impossible: les marqueurs, les stylos, ma carte TCL, les pochettes, les couvertures de certains carnets… et j’en passe il est partout… le couvercle de ma gamelle, partout partout……….. :(

    besitos guapa

    1 septembre 2019
    Répondre
    • jadelpf a dit:

      C’est sûr qu’en bossant c’est assez compliqué. Je pense que l’essentiel est de diminuer là où c’est possible de le faire et surtout de RÉUTILISER le plastique qu’on a déjà pour éviter de racheter de nouveaux objets. C’est d’ailleurs là tout le but du minimalisme, en fait, ça va avec !
      Besitos Guapa <3

      2 septembre 2019
      Répondre

Répondre à Gwenou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

décembre

novembre

octobre

juillet

juin

mai

décembre

novembre

août

février

décembre

novembre

septembre

juillet

avril

février

décembre

novembre

octobre

juillet

mai

février

décembre

octobre

septembre

avril