Un dimanche presque comme un autre

Vous donner mon ressenti.

 Experience – Ludovico Einaudi (Mommy Soundtrack)

Il y a des semaines qui sont moins bonnes que d’autres. Oui évidemment celle-là a été courte avec ce weekend de trois jours. Pourtant elle a été particulièrement riche en émotions.

Aujourd’hui nous commémorons les attaques du 13 novembre 2015. Le monde entier était sous le choc mais aujourd’hui qu’en reste-t-il ? Sommes-nous plus unis ? Plus tolérants ? Plus solidaires ? Je ne pense pas, bien au contraire.

Deux éléments marquants de ma semaine :

  • Les élections américaines que j’ai dû expliquer à mes élèves
  • Le film I, Daniel Blake qui m’a profondément émue

A première vue rien de bien commun entre un évènement public de grande ampleur et une séance de cinéma mais au fond de moi je sais qu’il y a un lien.  Les résultats des élections montrent que le peuple américain ne sait plus vers qui se tourner pour évoluer et pour se faire entendre. Dans le film, c’est un homme malade que l’Etat anglais délaisse dans le pétrin. Dans les deux cas on parle des laissés-pour-compte de la société. Pour ces gens au chômage, pour ces retraités qui ont trimé toute leur vie pour une retraite de misère, pour les réfugiés qui arrivent en masse dans un Etat qui risque de devenir une dictature, pour les travailleurs qui voient leurs conditions de travail empirer, où est la solution ?

Tous ces gens comptent sur l’Etat et leurs prochains pour les aider. Personne ne répond à leur appel.

Avec les élections présidentielles de 2017 la situation va encore empirer car aucun homme politique, aucune femme politique ne propose de vrai changement, de vraies solutions pour avancer ensemble vers une société plus harmonieuse.

Tous les hommes politiques, toutes les femmes politiques me semblent corrompus et dénués d’éthique concernant la prise en charge des laissés-pour-compte, le respect de l’environnement, ou l’acceptation de la diversité.

La mondialisation telle qu’elle est à présent n’est plus viable et nous le savons, ceux qui le nient ont peur ou sont utopistes. Nous ne pouvons pas continuer ainsi. C’est ce que je vais essayer de continuer à inculquer à mes élèves, même si je suis seulement prof d’anglais de l’Education Nationale. C’est la seule chose que je puisse faire à mon échelle. En revanche, si une organisation citoyenne alternative se met en marche, je la soutiendrais.

J’essaie de continuer à faire des compromis pour améliorer mon quotidien et peut-être celui de quelques autres : promouvoir le bio pour tous, acheter des produits locaux, faire du vélo et privilégier le Made in France.

Oui je suis une consommatrice invétérée, et vous pouvez bien le voir sur ce blog. Mais je fais de mon mieux pour ne pas accumuler et pour être plus raisonnée tout en continuant à me faire plaisir et vivre l’instant présent. Ce n’est pas évident.

Si vous êtes arrivés jusque là alors vous savez que j’en ai gros sur la patate- comme on dit – et que l’avenir, le mien, celui des autres et de la planète est plus qu’incertain.

Alors s’il vous plait n’hésitez pas à partager votre ressenti avec moi, à me montrer que je ne suis pas la seule à être déconcertée par ce qu’il se passe autour de nous !

Mille baisers lyonnais,

Bon dimanche.

Signature-grandes-assumees

4 commentaires

  1. Nastenka a dit:

    Ton article me touche beaucoup, et j’imagine que je ne suis pas la seule. J’ai envie de te laisser un commentaire pour te remercier de partager ce que tu ressens et de nous le demander, mais sincèrement je ne sais pas quoi dire. Ça fait déjà 3 fois que j’écris pour ensuite tout effacer, peut-être que cette fois sera la bonne. Je vais donc juste essayer d’enfin mettre des mots sur ce que je ressens.

    Je travaille dans un internat, et le soir du 13 novembre j’étais là bas. C’est mon copain qui m’a envoyé un message en me demandant si j’avais eu des nouvelles de mes proches parisiens, qui vivent dans le 11e… Je n’ai pas comprit. Il m’a expliqué et d’un coup je me suis retrouvée complètement perdue. Je n’ai même pas osé contacté ma famille et mes amis pour savoir comment ils allaient. J’ai croisé les doigts pour que mes élèves ne me posent pas de questions. Le lendemain on s’est juste assurée mutuellement que nos proches allaient bien.
    Les jours et semaines qui ont suivit j’étais devant ma télé pour connaître l’évolution de l’affaire. Je suis vite devenue agressive et méchante avec mon entourage, comme en janvier, j’ai donc prit la décision de ne plus avoir la télévision. Étrangement, j’ai beaucoup mieux géré les attentats de Nice.

    Aujourd’hui je me rends compte que je suis toujours perdue face à l’atrocité de ces événements, que se soit les attentats, les résultats des présidentielles aux USA où ceux à venir en France. Je n’arrive d’ailleurs toujours pas à savoir ce qu’il faut que je fasse, voter pour le moins pire ou ne pas voter? Les futurs résultats me font peur, pas pour moi, mais pour mes frères et sœurs. Étant l’aînée je me suis toujours sentie responsable de ma fratrie, et là je ne sais pas quoi faire, je me sens complètement démunie parce que je n’arrête pas de me dire que les droits de femmes de mes sœurs, qui à elles deux ne sont même pas majeurs, n’existeront peut être plus d’ici quelques années.

    J’essaie également de faire ce que je peux à mon niveau. Dans mon quotidien, dans ma façon de vivre. Mais aussi auprès de mes élèves parce que je pense que pour le moment, c’est grâce à ces adolescentes que je peux aider le monde à devenir un peu meilleur et j’espère le faire en les soutenant quand elles se tournent vers moi juste parce qu’elles ont besoin d’une épaule pour pleurer, en essayant de discuter avec elles de ce qu’il se passe autour de nous aujourd’hui…

    J’ai l’impression d’avoir un peu divaguer dans mon commentaire. Je m’excuse pour sa longueur et pour avoir sûrement un peu trop raconter de détails de ma vie. Je n’avais encore jamais prit la peine d’exprimer ce que je ressens réellement et le fait que tu nous propose de le partager a visiblement déclencher quelque chose.

    13 novembre 2016
    Répondre
    • jadelpf a dit:

      Tout d’abord merci beaucoup pour ton retour, tu as bien fait ?! Je comprends tout à fait ce que tu ressens, je commence à avoir une vraie aversion pour ces programmes télévisés sans fond. Nous sommes dans le doute, nous ne savons pas vraiment où aller et ce qu’il va advenir des choses, de nous et si finalement des solutions vont nous etre proposées ! C’est déconcertant ! Mais il faut continuer d’échanger et essayer de stimuler des prises de conscience ! C’est notre rôle de le faire auprès des jeunes !
      À très bientôt !
      Jade

      13 novembre 2016
      Répondre
  2. Missbouclenoire a dit:

    Coucou, je suis autan desconcerté que toi. Tant que maman qué vois pas les choses claires au contraire c’est très compliqué pour l’instant. Seulement je le dis de vivre le mieux le présent en espérant que notre future soit modifié par l’amour, par l’espoir. Je suis politologue à la base et je sais bien que la politique et le pouvoir ne seront pas ceux que vont nous aider. Courage par la suite et bcp d’amour bcp bcp d’amour pouf tous .
    Carolina (missbouclenoire )

    15 novembre 2016
    Répondre
    • jadelpf a dit:

      Merci beaucoup pour ton commentaire. Je vois bien des doutes de mère, et c’est certain qu’il faut penser au futur des enfants et à leur bien-être. J’espère que des solutions vont être apportées.
      Mille baisers lyonnais,
      Jade

      17 novembre 2016
      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

avril

février

décembre

novembre

octobre

juillet

mai

février

décembre

octobre

septembre

avril