Terre Brûlée – ep 3

Marceau me tient par la main. Une petite main fraiche et moite à la fois. Je l’aime si fort que lorsque je le sers dans mes bras, il pourrait se briser. J’entends son souffle, il a toujours le nez un peu bouché. Derrière nous, ma mère et ma cousine discutent des voisins. Que voulez-vous, il n’y a pas grand-chose d’autre à commenter alentours. Je trouve cela ridicule mais je ne dis rien. Cela fait longtemps que je ne les écoute plus. Je préfère me concentrer sur le râle de Marceau. Il rythme notre marche.

Le soleil est passé derrière la colline. Bientôt nous n’y verrons plus rien. Seul la lune et son halo pourront nous montrer le chemin. Même si c’est l’heure à laquelle la forêt se réveille, nous n’avons pas peur des bêtes qui pourraient la peupler.

Soudain, le petit garçon me lâche la main et se met à courir. Il a surement vu quelque chose. Je prends sa suite, sentant le tissu de ma robe en lin se plaquer sur mon corps, me procurant des frissons. Il se dirige vers le bois, je ne l’ai jamais vu courir aussi vite. Mais il finit par trébucher, j’ai peur pour lui mais il se relève immédiatement et se remet à courir. Ma mère et ma cousine ont aussi accéléré le pas. Marceau pénètre dans la chênaie. Je ne parviens plus à le distinguer entre les troncs noueux et les branches cassées.

« Marceau ! » j’appelle.

Je cherche le son de sa respiration mais plus un bruit. Alors, je cesse de courir, à l’affut de tout ce qui pourrait m’indiquer sa position. Je ne vois pas non plus sa mère ou la mienne. Je suis seule. Je ne sais pas quoi faire. Mon cœur se serre au fur et à mesure que je compte les secondes qui me séparent désormais de ma famille. Je connais cette forêt par cœur. Et pourtant, à cet instant précis, je ne reconnais rien. Les chênes ne sont plus des chênes, les feuilles sèches sur la terre ne sont plus là, le silence est profond, aucun mouvement. L’angoisse m’envahit. J’ai chaud, j’ai froid, je grelotte, je sue. J’ai soif. Une soif que je n’ai jamais ressentie. La soif d’une journée sans eau au milieu d’un désert. Je m’assoie sur ce sol étrange.

Sous mes mains, la mousse, une mousse humide, gorgée d’eau. Plus aucune crevasse à la surface du sol. Je prends une poignée de terre et la porte à mon nez. J’hume le sol. Une odeur puissante de champignon, d’herbe, de compost se dégage de la motte. Elle me réconforte. Je n’en avais pas sentie d’aussi bonne depuis des lustres. Et à cette époque-là, je m’en fichais un peu.

IMG_9664

Là, elle m’appelle, la terre m’appelle, j’ai envie d’y plonger toute entière. Me rouler dedans tel un animal. Je me recouvre les bras et le visage d’humus, je retire mes chaussures et les abandonne pour toucher de mes orteils cette mousse luxuriante. Je m’allonge complètement comme si j’attendais que la mousse me recouvre entièrement, que les bestioles du sol me choisissent comme hôte. Je veux devenir sol, devenir forêt, devenir matière organique vivante. C’est peut-être là mon but vital. C’est là qu’est ma place.

IMG_9614

Ce matelas de verdure m’offre un lit merveilleux, mon dos est posé sur un nuage vert. Mon regard se dirige naturellement vers la canopée. Les étoiles sont à peine visibles à travers ce plafond de branches entrelacées, de feuilles de toutes tailles, c’est la brise qui les dévoile par intermittence. La nuit est profonde, le ciel est bleu-noir et doré. La voie lactée me rassure et m’apaise. Toute angoisse s’est évanouie. Mes yeux se posent sur la lune, une lune pâle et lumineuse dont on distingue facilement les cratères. Elle aussi me regarde et m’apporte réconfort et confiance.

A suivre…

Signature-grandes-assumees
Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/f/1/6/grandes-assumees.com/httpd.www/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

avril

mars

février

septembre

août

mai

février

novembre

octobre

juillet

juin

mai

décembre

novembre

août

février

décembre

novembre

septembre

juillet

avril

février

décembre

novembre

octobre

juillet

mai

février

décembre

octobre

septembre

avril